"Un ami m'écrivait des poèmes"
     

Je vous emmène dans un endroit féerique, un petit jardin que je gardais secret jusqu'alors mais je tiens à le dévoiler car ce fût des moments de partage délicieux et à la fois doux et tendre. Une amitié qui a duré six mois car ce n'était que du virtuel. Cette amitié, je l'aurai voulu dans la réalité. Ça a commencé peu avant la fin de l'année 1999 avec des partages tout à fait simples mais attentionnés. C'est ainsi que je recevais ces petits bonjours de quelques lignes accompagnés d'un poème. Je me souviens du tout premier qui me fût touchant car cet ami savait que j'aimais écrire moi-même de la poésie. Le premier poème était pour ma fête et je vais vous l'écrire tel qu'il me l'avait écrit pour lui rendre hommage et le remercier de m'avoir emmenée dans un jardin poétique. Je vais garder son anonymat juste marquer ses initiales. GB. J'ai perdu sa trace. C'est bien dommage! Les souvenirs restent comme un livre qui ne se referment pas. C'est ça qu'est beau !

Son premier poème fût pour ma fête le 6 décembre 1999

Une fête

Une fête, une fête

Fleurir d'étoiles la nuit

Nuit d'or et de dentelles inouïes

Étoiles d'eau sur ton visage

Miroir nimbé de nuages

La tête dans les étoiles

Tout paraît idéal

Une fête, une fête.

G.B Le 6 décembre 1999.

Ensuite il m'en envoyait d'autres. Pratiquement chaque jour, il avait un mot gentil à me faire lire. J'ignorai le pourquoi de ces poèmes mais cela me donnait un tonus de voir ce qu'il écrivait. Je ne me sentais plus seule. Un ami trop vite parti vers d'autres horizons. Je pense qu'il en écrit d'autres. C'est le mystère de la vie. Prendre ces instants de délice fût pour moi révélateur et me donnait l'envie de lui répondre par d'autres poèmes dont quelques-uns sont en ligne dans la rubrique "poésies". A vous de devinez lesquels. Je vais de ce pas faire quelques pages en choisissant parmi tout ceux qu'il m'a écrit. L'amour d'écrire des poèmes reste ancré en soi. Même si l'inspiration n'y est plus pour différentes raisons. L'âme poètique reste intacte et qu'importe qui les écrit. Ils sont sains, beaux, dépourvus de toutes vulgarités. Un peu de sensualité qui reste agréable à la lecture. Voilà ce qu'était mon ami poète, une personne à qui je dois beaucoup avec tout ces mots chaleureux lorsqu'il savait que j'avais quelque peu des soucis. Qui n'en a pas ? Mais lui savait me les faite hôter de mon esprit. Un peu par magie ! Que c'est bon et beau d'avoir de tels souvenirs. J'ai gardé toutes ses poèsies. Un jour, j'en resortirai d'autres.

Accueil    Sommaire  Page suivante