" Les poèmes d'Andrée une amie"
     
 
 
 
         
 
Demain dès l'aube
 
Fleur de montagne
 
 

 

Demain à l'aube, partons dans la montagne.

Gravissons avec entrain le chemin.

Le sentier balisé, serpente suavement

Au milieu des joubarbes, des gentianes,

Les épilobes bleues s'accrochent aux buissons épineux.

Effarouchée, une vipère aspic nous tétanise.

L'ascension se termine, ultime escarpement.

Les neiges salies de la dernière saison

S'alanguissent dans l'eau émeraude.

Assis sur les rochers glissants

Surplombant le lac des Béraudes,

Nous contemplons, ravis, le spectacle grandiose,

L'unique apothéose.

Nos coeurs à l'unisson s'exaltent dans un bonheur extrème.

 

Peut-être eut-il fallu

Moins regarder tes yeux?

Peut-être eut-il fallu

Ne pas se laisser prendre à la magie du lieu?

Qu'importe, tu resteras à jamais O lac des Béraudes,

Le lieu magique Où le rêve prit vie.

A.A 9 décembre 2002 Andrée.

 

Fleur sauvage

Epi éclaboussant de soie le chalet assoupi

Parfum, effluence, dans l'aube évanouie,

Inconnu dans la plaine, triomphant au sommet

Laiteux, violacé, mauve ou rose enamouré.

Onagrariacée envahissante, exhubérante

Belle comme la nature respectée, luxuriante

Epilobe, je te nomme.

 

Menu plaisir que cette églogue

Hommage au fol épilobe

Souvenir si proche et pourtant si lointain

D'une vallée paisible en un matin de juin.

A.A 10 Avril 2002 Andrèe

 
         
Accueil    Sommaire   Poémes d' Andrée suite