" Le grenier de mes arrières grands-parents avec ses souvenirs"
     

J'ai envie de vous emmener dans le grenier de mon arrière grand-mère de Touraine. Et vous emmener fouiller dans les vieux cartons servant de coffres. C'est qu'il y en avait des petits trésors là dedans. J'étais allée dans ce grenier en 1992. Je n'y étais pas retournée depuis l'âge de mes 17 ans et demi. Ça sentait toujours aussi bon ! Un parfum très agréable de ce bon vieux temps où j'y avais dormi à l'époque pour la première fois en 1952 et la seconde foi en 1963. Un grenier que je revois encore, bien que la maison soit vendue maintenant puisqu'il n'y avait plus d'héritier(res). Enfin, c'est ce que je crois. En fait les mystères de cette maison d'où on y montait par un escalier restaient bien de vrais mystères. Et le restera toujours. Nous allions chez mémére à l'escalier.
Ce qui m'intéressait était de retrouver quelques traces de ma famille maternelle. J'avais donc regardé avec égard, respect et sensibilité pour mon arrière grand mère et mon arrière grand-père dans ces cartons pour essayer de trouver un petit quelque-chose qui aurait pu me dire que l'arrière grand-mère était encore bien présente ainsi que mon arrière grand-père.

Les découvertes les voici. J'ai été attirée d'abord par un beau crucifix car l'arrière grand-mère était très pieuse. Ce crucifix ne m'étonnait pas du tout. En fouillant un peu plus, j'étais tombée sur des écrits. Pas n'importe lesquels. J'avais retrouvé deux cartes de voeux écrites de mes mains, envoyées à mes arrières grand-parents alors que je n'avais que 7 et 8 ans. En fouillant encore, alors là, ce fût une carte que mon arrière grand-père avait envoyée à son épouse et ses enfants pour la Noël 1914. Je garde cette carte comme un joyau car c'est un souvenir qui me tient à coeur. Une carte écrite à l'encre rouge avec une belle plume. Cette carte est toute dentelée et avec une pensée séchée dessus comme souvenir pour dire à mon arrière grand-mère et leurs enfants qui sont mes grand-tantes Bérangère, Suzanne, et ma grand-mère qu'il pensait bien à elles. Il y avait un timbre collé pratiquement sur les écrits.

Ensuite, qu'elle ne fût pas ma surprise ! Je tombais sur un cahier d'écolier que j'avais connu moi-même avec les tables de multiplications au dos. Il venait de ma grand-tante Bérangère où des tas d'écrits, genre rédactions, compositions, dictées, des problèmes semblables à ceux que je faisais en classe etc... Et en feuilletant ce cahier d'écolier, des lettres de l'alphabet avec les liés et les déliés en majuscule comme j'ai apprit aussi. Puis le plus marquant encore, c'était des écrits de ma maman qui avaient environ 8 ans; Ces écrits contenaient des chants, de la poésie, des exercices de toutes sortes. Ce cahier d'écolier contient aussi des adresses. C'est ainsi que je sais que la soeur de la grand-tante, Suzanne faisait des études secondaires à Grenoble dans l'Isère. D'ailleurs grand-tante Suzanne, ensuite était secrétaire de direction à la grand poste de Tours jusqu'à sa retraite. Il y a des adresses de d'amies de l'époque aussi sur ce cahier. Enfin une trouvaille que je garde précieusement et que je souhaite qu'elle aille dans les mains de l'un de mes enfants ainsi que cette carte dentelée et les cartes de voeux.

Je termine en disant, que la richesse du coeur est celle qui passe par les mains, la pensée, les sentiments. La noblesse est aussi celle-ci. Il ne suffit pas de faire des trouvailles en or pour exprimer sa joie et son bonheur. Trois cartes, un crucifix, et un cahier ont fait de moi une femme riche en émotion. Ce qui ne me rend pas nostalgique pour autant, mais qui me dit que la vie d'autrefois était  d'une autre  richesse de celle de maintenant. C'était différent quoi !

Page d'accueuil   Sommaire   Retour aux écrits vécus et inspirés

Haut de page