" Une Touraine que j'aime "  

 

Un petit voyage en Touraine ! Bien que le Nord m'ait vu grandir, Je laisse corps à mes souvenirs pour vous parler de cette Touraine que j'aime. Je n'oublie pas cette Touraine qui fait partie de mes origines maternelles. Je ne connais que très peu la Touraine mais assez pour avoir des souvenirs pleins la tête. Toutefois, je peux dire que c'est une région de France très belle, très fleurie, très accueillante, attrayante. Le climat est bon, une douceur de vivre s'y fait ressentir.

La première fois que j'ai posé le pied sur le sol de la Touraine; je n'avais que 6 ans. Mes premières vacances avec mes parents et deux de mes frères Les plus jeunes étaient restés chez la grand-mère paternel dans le Nord. Ils étaient trop jeunes pour faire ce périple en 1952. Puis à cette époque, il fallait la journée pour faire ce voyage du Nord au centre de la France. Les trains n'allaient pas vite. Ce n'était pas désagréable, on se régalait de pouvoir regarder la nature. C'était la première fois que je prenais le train. Alors, pensez que c'était fabuleux, génial. Surtout que c'était des trains à vapeur. Je me souviens de l'arrivée chez notre arrière grand-mère. Quelle joie était-ce de connaître nos arrières grands-parents ! Nous n'étions pas aussit˘t arrivés, que nous courrions pour la découverte. Cette Touraine, elle est aussi un amour à mon coeur.

Je me rappelle très bien de la maison avec un escalier de pierres pour y monter, de la grange, du jardin, et derrière la maison des champs à perte de vue et des vignes. C'est que les arrières grands-parents avaient leurs vignes et faisaient le vin eux-même. Mes frères et moi allions chercher le vin à la cave tiré du tonneau et on s'en offrait une goutte avant de remonter de la cave. Bien voyons ! L'intérieur de la maison était modeste. Pas d'électricité, pas d'eau courante, le feu était une vaste cheminée où l'on cuisait la nourriture et de l'eau était toujours dans un chaudron pour y faire le café, la soupe etc ... Dans la cuisine, il y avait le lit où couchaient les arrières grands-parents. Et nous, nous dormions au grenier là où étaient entreposés les récoltes et des sacs de haricots secs avec des charançons. Pour aller au grenier, nous montions par l'escalier échelle et il y avait juste une trappe au plafond pour passer. Ces premières vacances sont gravées dans ma mémoire à tout jamais tant elles étaient belles. Je ne puis vous raconter le tout ! Les souvenirs, tellement il y en a, sont mélangés dans mon esprit.

Voici le château de ce petit hameau de quelque centaines d'âmes. Ma grand-mère y travaillait comme employée de maison. Un hameau paisible avec une rue principale, la nationale, et quelques petites rues bordées de champs de blés, de maïs, d'avoines, de tournesols à perte de vue et de vignes. Chaque année, des spectacles sons et lumières étaient donnés à ce château et dans la cour. Le château de Beaumont-la-ronce, nom de ce hameau que des générations maternelles ont connu. J'y avais vu, un jour du mois d'aût en soirée, une chasse à cour, avec les cors de chasses, les animaux, chiens et chevreuils. Les chasseurs et gens du hameau étaient habillés comme au temps des rois Maintenant que j'y pense, je ne crois pas que j'assisterais de nouveau à une chasse à cour. C'est trop dur !

Mes deuxièmes vacances en Touraine se sont passées l'année de mes 18 ans. Mais peu de choses avaient changées. Un peu plus de commodités, de côtés pratiques, sans plus. Nous y étions allés toute la famille cette fois. Les parents et les 9 enfants dont je suis l'ainée. Nous logions un peu partout dans le hameau pour dormir. Nous nous retrouvions au petit matin pour la journée. Les après midi étaient consacrées aux promenades. Le temps étaient merveilleux, Nous partions tous les 11, puis l'arrière grand-mère et la grand-mère. Une vraie colonie de vacances. L'arrière-grand-mère en tête avec son bâton pour veiller aux vipères au cas où. Nous longions le bas côté de la route en file indienne pour s'enfiler ensuite à travers champs et bois. De grands souvenirs là aussi. Je ne vous en livre qu'une partie.

J'étais restée de nombreuses années sans revoir la Touraine. C'est bien plus tard, c'est à dire 30 ans après que j'y étais retournée. Je n'avais pas revu ma grand-mère durant ces années. Ma grand-mère, ma douce grand-mère, elle avait changé physiquement, mais pas son coeur. ma chère grand mère ne m'avait pas reconnue, tant et si bien que j'avais du lui montrer ma carte d'identité. Comme j'avais aimé ces 15 jours passés près d'elle ! Elle m'avait emmenée au cimetière vous voir les tombes des a´euls, bisa´eul trisa´eul...... Le hameau bien avait changé aprés ces années. Il devenait plus bruyant avec la circulation de la route nationale. La maison aussi avait changé. Seuls les escaliers de pierres restaient, Mais commençaient à s'user. L'intérieur était un peu plus moderne mais l'odeur agréable d'avant était toujours présente. C'est ce qui m'attirait le plus. J'étais monté pour une dernière fois dans le grenier pour y faire des trouvailles, des trouvailles qui me tiennent à cœur. Un cahier d'écolier de l'une de mes grands-tantes avec l'écriture enfantine de ma mère. Cahier de 1929, puis une carte postale dentelée avec une jolie pensée que l'arrière-grand père avait envoyé à sa chère et tendre épouse l'arrière-grand-mère et leur trois filles, ma grand-mère et mes deux grands-tantes. Cette carte date du 25 décembre 1916. Ce sont les seuls souvenirs que je garde précieusement comme des joyaux. Je vous invite d'aller rendre visite à ma grand-mère. Entrez sans frapper puis voyez ce qu'est une grande famille. Une famille Française parmis tant d'autres. Nous voilà avec notre arrière grand-mère. Toute la famille. Où je suis ? La jeune fille de 17 ans et demi entre les deux frères qui me suivent. C'est normal qu'ils soient plus grands que moi pour des gars !

Comme j'avais lors de ce passage visité plus amplement cette Touraine que je chérie; J'ai pu y découvrir ce que je n'avais pas pu faire lors de mon enfance et adolescence une Touraine profonde, belle, magique. Je vous offre donc quelques vues prises en 1992. Ce qui conclura ma petite histoire du pays de ma famille maternelle.
J'ai eu la joie de recevoir de nouvelles photos par un aimable webmaster qui se prénomme Michel. Elles sont toutes fraiches de ce mois d'avril 2005 .Profitez-en pleinement.

Quelques vues de cette belle Touraine

  Page d'accueil Sommaire Retour aux écrits vécus et inspirés  

     Page d'accueil